Vous êtes ici : Accueil université > STAPS > Actualités

Recherche / Culture scientifique

Conférence débat : La fabrique médicale des sportives

A- A+ Aa

2 mai 2017

de 18h à 20h

Entrée libre et gratuite

UFR STAPS
Amphithéâtre 250

Anaïs Bohuon, maître de conférences habilitée à diriger des recherche à l'Université de Paris Sud animera cette conférence.

Cette conférence s'inscrit dans une approche transdisciplinaire, au croisement de l'histoire et de la sociologie des pratiques d'exercice corporel, des gymnastiques et des sports modernes, en lien avec l'avènement de la médecine moderne (XIXe et XXe siècles), du genre, de la classe et de la "race". "Fief de la virilité", vecteur d'une masculinité hégémonique, théâtre d'un discours souvent essentialiste, le champ sportif s'est construit historiquement sur une exclusion stricte des femmes. Elles combattent cette exclusion depuis près de deux siècles, en investissant des pratiques toujours plus nombreuses, en essayant de participer aux compétitions sportives et, plus rarement, en occupant des positions de pouvoir. Par ailleurs, le champ sportif est très propice à la réactualisation de discours et à l'entretien de dispositifs profondément différentialistes, comme en témoignent les contrôles médicaux de sexe, objets principaux de cette communication. Incarnation de la modernité, les pratiques physiques et sportives sont profondément marquées par une bicatégorisation sexuée, où les corps masculins et féminins sont explicitement hiérarchisés.

De fait, cette hiérarchie est souvent présentée sans questionnement et apparaît comme une évidence. Ce processus débouche sur une survalorisation du sport masculin. S'il continue d'être opérant pour comprendre le sport du début XXIe siècle, ce concept de "fief de la virilité" est certes le produit d'une réflexion sociologique mais il possède cependant un fondement anthropologique et épistémologique, touchant à la biologie et à la physiologie des corps humains, eux-mêmes construits par plusieurs siècles de discours médico-philosophiques. Il est le produit d'une histoire dans laquelle s'est engagé un nombre incalculable d'acteurs sociaux aux motivations, aux intérêts et aux légitimités diverses. Son doctorat, obtenu en décembre 2008 à l'université de Paris-Sud, avait pour thème les discours médicaux et l'accès des femmes aux activités physiques et sportives (1880-1922). En 2012, elle a publié son premier ouvrage sur les tests de féminité ou les "contrôles de genre" dans les compétitions sportives. Ce livre a pour ambition de revisiter l'histoire sociale et politique de ces contrôles et de montrer en quoi ils constituent un véritable dispositif de domination, afin d'appréhender la naturalisation du pouvoir et les rapports de domination qui s'y jouent. Parallèlement, elle collabore régulièrement avec l'historien Grégory Quin.

En croisant l'histoire des sciences, plus précisément de la médecine et l'histoire des activités physiques et sportives au prisme du genre, ils tentent de montrer comment les muscles ont fabriqué "le sexe" et par là même une certaine définition contemporaine de la différence sexuelle. Plus encore, ils ont pour objectif de retracer les grandes lignes de la généalogie des normes de féminité contemporaine en montrant l'historicité du corps dans et par l'étude des techniques dont il constitue la matière première.


Programme

Mis à jour le 6 avril 2017 par Laurence PETTINOTTI